Depuis le Moyen Age

You are here : Accueil > Découvrir Les Touches > Histoire > Depuis le Moyen Age

Découvrez aussi Les Touches:   A la Préhitoire   &    A l'époque Gallo Romaine

 

 

Les Touches du moyen age à nos jours

Le mot Les Touches indique le défrichement de bois qui entourait Nort-sur-Erdre. Etymologiquement, Les Touches signifiait "les petits bois", ce qui laisse supposer qu'autrefois le pays était boisé. (A remarquer à ce propos que plusieurs hameaux s'appellent "Le Bois Suchard", "Le Bois Geffray", "Le Bois Nouveau", "Les Hauts Bois".) La paroisse existe depuis 1287 et est située sur un sillon entre 2 vallées.
La paroisse dépend alors, des seigneurs de Petit-Mars (les seigneurs du Pont-Hus) qui possèdent des droits à Ligné, à Mouzeil et à Nort sur Erdre. Et cela jusqu'en 1789.

A la veille de la révolution, la châtellenie étend ses droits jusqu'aux Touches. La seigneurie du Meix appartenait en 1418 à Pierre de Moulins, celle de Montigné en 1427 à Jean de Montigné. La seigneurie du Vernay appartenait en 1430 à Jean du Vernay. A l'époque, les seigneurs levaient les impôts, sous forme d'argent, de volailles, de grains et de jours de travail.
Ils percevaient également des redevances notamment des foires et des marchés. C'étaient d'ailleurs ces manifestations qui leur rapportaient le plus. 
 

En 1668, César de la Musse réussit à obtenir l'autorisation de Louis XIV d'ouvrir des foires et marchés pour différentes paroisses dont celle des Touches. Il y eut, ainsi, aux Touches une nouvelle foire pour le premier jour de Mai : la Saint Jacques, en plus de la Saint Mélaine. Ces foires et marchés se tenaient devant la Mairie et l'Eglise, une place qui était autrefois le champ de foire.

D'autre part au 17ème siècle, Les Touches comptait de nombreux notaires et greffiers. C'est sans doute parce qu'ils préféraient être à proximité de leurs seigneurs.


Sur la route de Joué sur Erdre, existait encore il y a quelques années une petite chapelle du 17ème siècle, reconstruite au 18ème. Tombée en ruines, elle fut abattue puis remplacée par un calvaire ! C'était la Chapelle Saint Jacques.
Néanmoins, de l'autre côté de la route, le logis de "La Chapelle" est très bien conservé ; le toit en est très en pente. Le nom a fait supposer que c'était autrefois un hospice ou une maison d'accueil pour les malades ou voyageurs.

Au 18ème siècle, les habitants de la commune étaient appelés les "TUCHIDES". La devise latine des Touches était : "Fromento, vitique levis", ce qui veut dire : "Terre fertile pour le froment et la vigne". En effet, à la fin du 19ème siècle, il y avait encore 500 hectares de vignes : muscadet, gros plant.

Pendant la Révolution, le Conseil Municipal plante l'arbre de la Liberté sur la Place du Champ de Foire. Il s'agissait d'un peuplier pris au "Corps de Garde" (aujourd'hui maison de retraite). Plus tard, 2 autres arbres furent plantés de chaque côté du peuplier.

En 1790 le premier maire de la commune fut élu. Il s'agissait de Mr Charles Lecomte (qui était avocat et vivait au château de la Rigaudière). Puis en 1848, le Maire et l'assemblée de la commune proclamèrent la république aux Touches.
De nombreux domestiques de Nantes étaient originaires des Touches.

Auparavant le bourg s'était construit dans l'axe Nantes - Châteaubriant. En effet c'était un axe très fréquenté par les diligences, les piétons et les cavaliers. Puis le bourg se développa dans l'axe Ancenis, Redon, la Baule. C'est là que s'installèrent des artisans tels que des tisserands, des sergiers, des tailleurs, des meuniers etc... 

 

 

   

 A gauche le logo de la mairie de Les Touches qui a remplacé l'ancien blason de la commune de Les Touches (à droite) : "De gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre lionceaux, ceux de dextre contournés."  qui fût présenté à la fête des Drapeaux, à Quimper, le 26 Septembre 1924